Une nouvelle loi permettrait au président de l’Égypte de choisir les représentants du pouvoir judiciaire.

En Égypte, le « Parlement » aurait « approuvé une loi permettant au prèsident, Abdel Fattah al-Sissi, de nommer les plus hauts représentants du système judiciaire ». Amnesty International aurait déjà remarqué que ce pas « pourrait affaiblir encore l’indépendance de la magistrature » dans le Pays (ANSA). 

Selon l’agence de presse égyptienne MENA, la loi en question – « la numéro 13 de cette année » – aurait été ratifiée « aujourd’hui ».

Dans le « communiqué diffusé hier » par « Amnesty », cette dernière « affirmait que la ratification garantirait » au chef d’État (le président) « le pouvoir de choisir » les personnes détenant les plus hautes charges des « organismes judiciaires », parmi ces derniers incluant « la Cour de cassation, le Conseil d’État et deux autres importantes autorités » (ibidem).

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: